Exploitation minière et droits humains au Sénégal - rapport d'Amnesty International, 2014

For an English-language version of this page, click here

En mai 2014, Amnesty International publia le rapport suivant :
L'exploitation minière et les droits humains au Sénégal : Remédier à une protection défaillante
[PDF]

- communiqué de presse : Sénégal : la « ruée vers l'or » bafoue les droits fondamentaux des communautés locales

Le rapport « met l’accent sur les points suivants relatifs aux droits humains : 

  • Les questions qui se posent lorsque des communautés sont forcées de quitter leur terre pour laisser la place à des activités minières, avec l’accent sur la sécurité d’occupation et les expulsions forcées. 
  • Les questions qui se posent lorsque des communautés sont forcées de quitter leur terre, en particulier les droits au travail et à un niveau de vie décent, qui passent par un accès à la nourriture et à l’eau. »

 
Le rapport fait référence à Bassari Resources, Goldstone Resources, Iamgold Corp., Randgold Resources, Teranga Gold, et Toro Gold. Il fait des recommandations au gouvernement du Sénégal et aux entreprises concernées.

 
R
éponse de Teranga Gold 

Une section de quatre pages dans le rapport (pp. 16-19) concerne la réinstallation de la communauté de Dambankhoto pour le projet minier de Teranga Gold.

Teranga Gold a envoyé deux lettres à Amnesty International en réponse à un projet du rapport (seulement disponibles en anglais) :
- lettre concernant l'acquisition des terres, 14 avril 2014 [PDF]
- lettre concernant la communauté de Dambankhoto, mai 2014 [PDF]

Teranga Gold a aussi envoyé au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l'Homme les documents suivants, en réponse au rapport :
- Stratégie De Développement De Teranga [PDF], février 2014
- Politique En Maitiere De Réinstallation Et De Restauration Des Activités Economiques [PDF], mars 2014

 
Médiatisation et r
éponse du gouvernement du Sénégal

"Zones minières: tous les droits des communautés ont été respectés (ministère)", Agence de Presse Sénégalaise, 2 juin 2014
avec une déclaration du Ministère des mines et de l'industrie, qui conteste le rapport

"Activités minières à Kédougou : Les populations locales à la merci des multinationales", Ngoundji Dieng, Le Quotidien, 31 mai 2014

"Seydi Gassama « accuse » l’Etat d’affamer la population", Ousmane Demba Kane, Le Sud Quotidien, 31 mai 2014

"Sénégal : Amnesty international dénonce l’accaparement des terres agricoles par les sociétés minières", APA, 30 mai 2014

 
Les autres entreprises

Amnesty International a addressé des lettres aux entreprises mentionnées dans son rapport. « Il leur était demandé de commenter les conclusions d’Amnesty International et de faire savoir comment elles abordaient la question de la prévention des atteintes aux droits fondamentaux. » Le rapport résume les réponses de Toro Gold, Randgold Resources et Bassari Resources, ainsi que Teranga Gold (voir la page 5).